Accueil » Non classé » 5 méditations pour le carême…

5 méditations pour le carême…

Moi… et Dieu ? Dieu et moi ? un dialogue mystérieux…

Dieu est Amour… Il me connait…
Il attend que je grandisse, que je me nourrisse de son amour, que je porte du fruit…
il respecte ma liberté,
il attend patiemment que je participe à sa Création du monde, que je mêle ma voix timidement à cet immense concert d’Amour…
Il attend que je me laisse transformer, élever…

Tu nous as fait pour Toi, Seigneur,
et notre cœur est inquiet, jusqu’à ce qu’il repose en Toi.

( Saint Augustin)

1ère lecture :
Se laisser séduire par Dieu

Lecture : La méditation du Prophète Jérémie 20, 7-9

Seigneur, tu m’as séduit, et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi.
À longueur de journée je suis exposé à la raillerie, tout le monde se moque de moi.
Chaque fois que j’ai à dire la parole, je dois crier, je dois proclamer: « Violence et dévastation ! »
À longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l’insulte et la moquerie.

Je me disais: « Je ne penserai plus à lui, je ne parlerai plus en son nom. »
Mais elle était comme un feu brûlant dans mon cœur, elle était enfermée dans mes os.
Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir.

2ème lecture :
Jésus est le visage… de la délicatesse du Père

Evangile selon saint Jean 10,11-14

Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis.

Le berger mercenaire n’est pas le pasteur, les brebis ne sont pas à lui :

s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse.

Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui.

Moi, je suis le bon pasteur; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent,

Comme le Père me connaît, et que je connais le Père;
et je donne ma vie pour mes brebis.

J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos:
celles-là aussi, il faut que je les conduise.
Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur.

3ème lecture :
La bienveillance fraternelle

Evangile selon saint Jean 13, 34-35

Je vous donne un commandement nouveau:
c’est de vous aimer les uns les autres.
Comme je vous ai aimés,
vous aussi aimez-vous les uns les autres.

À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples:
si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Portail roman XIIeme siècle – Eglise d’Aulnay de Saintonge
La Résurrection – Tympan roman de la Cathédrale d’Autun

4ème lecture :
La proximité missionnaire

Evangile selon saint Luc 10, 25-37

Eugène Delacroix-Le bon Samaritain

Jésus reprit la parole :
« Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ;
ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort.

Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; 
il le vit et passa de l’autre côté.
De même un lévite arriva.à.cet endroit;
il le vit et passa de l’autre côté.
Mais un Samaritain, qui était-en route, arriva près de lui ;
il le vit et fut saisi de compassion.

Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ;

puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.
Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant:
« Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai. »

Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits?»

Le docteur de la Loi répondit :
« Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. »

Jésus lui dit :

« Va, et toi aussi,
fais de même. »

5ème lecture :
L’Amour… commence à la maison

Epitre de saint Jean 4, 7-13

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu.

Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu.

Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour.

Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous: Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui.

Voici en quoi consiste l’amour: ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils en sacrifice de pardon pour nos péchés.

Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres.

Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et, en nous, son amour atteint la perfection.

Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous:

il nous a donné part à son Esprit.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.