En lisant Claude Tresmontant : La Création est un don, une jubilation dyonisiaque…

Quel dommage ! Je n’étais pas au Forum sur la Pensée de Claude Tresmontant, qui vient d’être organisée à Lyon. On va se consoler en méditant quelques pages d’un de ses premiers livres : L’Essai sur la connaissance de Dieu. 1955   Quand on est génial, ça ce voit dès les premières œuvre…

TRESMONTANT-Essai sur la Connaissance de Dieu – p110

La matière semble travaillée, traversée par un élan de conscience organisatrice, par une intelligence créatrice.

L’intelligence qui a opéré et qui continue d’opérer dans le monde,
qui en a organisé la multiple structure, qui en constitue l’intelligibilité,

La création est don. Elle est don pour l’homme.

L’existence est don, et la création est don pour les êtres existants.

La création est don.

Elle est don pour l’homme.

la création tout entière est don,
la pluie, le soleil, le pain et l’eau,
l’homme pour la femme et la femme pour l’homme, sont don et joie.
La beauté du monde est don, sa saveur, sa splendeur.
La nature est jubilation.

Avant le mal et la souffrance, …il y a eu un DON !

Pour qu’il y ait problème du mal, souffrance et mort, il faut d’abord qu’il y ait vie.


Le problème du mal est un problème dont on ne saurait surestimer la gravité,
mais c’est un problème second par rapport à l’exis­tence et à la vie.

le monde apparaît comme la manifestation d’un amour créateur.
L’ Absolu est don et amour.

La création est don :

La création est don :
d’abord ce don de l’être que nous sommes,

ce don de l’existence pour nous qui sommes.

Puis, à ces êtres créés,
a été fait le don des biens de la création.

A ces êtres désirants, a été fait le don de ce qu’ils désirent.

A cette faim, le don du fruit.

Pour l’homme, le don que constitue la femme,

pour la femme ce don qu’est l’homme.

La beauté de la création.

Après tout, la création pourrait être terne, grise, avare.
Elle est luxueuse, surabondante,
et la beauté est son caractère le plus universel.

Cette beauté, ce luxe de la création, indique qui est Dieu :

Cette beauté, ce luxe de la création, indique qui est Dieu :

Il n’est pas ce dieu avare et triste, rancunier et comptable, mesquin,

que veulent nous imposer tant de traités de spiritualité.

Dieu est jubilation,
son œuvre qui le manifeste est jubilation.



Ce caractère dionysiaque que les anciens avaient aperçu dans la création… est bien l’œuvre du Créateur.


Ce don de la femme qui est fait à l’homme,
ce n’est pas le don d’un dieu chagrin, puritain, ni jaloux.

La beauté de la femme, la beauté de l’homme,
qui sont l’un pour l’autre mutuellement don, sont enseignement sur le Dieu créateur, le Dieu vivant.

Le visage de la femme nous enseigne davantage sur Dieu que tous les traités de spiritualité.

La délectation, la volupté que l’homme et la femme connaissent en se connaissant, sont aussi I’œuvre de Dieu, et signes de Dieu.

Malgré l’horreur du monde, le mal qui sévit dans le monde ?

Cette beauté, cette jubilation, cette volupté
qui est pour une part l’essence de la création,
ne doit pas nous faire oublier, et nous n’avons garde de l’oublier,
l’horreur du monde, le mal qui sévit dans le monde.

L’un et l’autre existent de fait, dans notre expérience.
Selon les tempéraments, les auteurs minimisent l’un ou l’autre,
majorent l’un ou l’autre aspect.

A Somali woman holds her son among many other women at the refugee camp in Baidoa. ca. August-September 1992 Baidoa, Somalia

Aussi bien que la beauté, l’horreur du monde ne saurait être exagérée,
mais ce qu’il convient de ne jamais perdre de vue,
c’est qu’ils existent tous les deux, et constamment.

Dès le niveau biologique, l’horreur semble régner, en constatant le chagrin de la bête qui voit son petit dévoré sous ses yeux.

Dès le règne purement animal, l’ entre-dévorement, le massacre est la loi.

Au plan humain, les choses s’aggravent.
Le lion qui dévore une gazelle accomplit un. acte purement biologique, physiologique, inscrit dans sa nature, et nécessaire.

L’homme qui opprime, qui tue ou qui torture l’homme, n’accomplit pas un acte biologique ni physiologique nécessaire.

L’acte humain n’est plus un acte purement biologique.
Il s’y ajoute la gra­tuité qui est propre au plan humain, au plan éthique.

Lorsqu’on aborde le problème du mal, il faut donc distinguer plusieurs choses :

1—  Un plan naturel, biologique :
il y a, apparem­ment, du mal, ou du moins de la douleur, dans la création au niveau purement biologique.
Du mal subi, mais non du mal au sens éthique.
De cela au moins l’homme n’est pas responsable.

2—  Ce plan biologique se continue d’une certaine manière et dans une certaine mesure avec l’appa­rition de l’homme.
L’animalité se continue en l’homme, et il reste encore du biologique dans certains phénomènes d’expansion humaine, et peut-être dans la guerre elle-même.
Le déferlement des hordes qui ont envahi l’Asie Mineure au rve millénaire avant notre ère, n’est sans doute pas essentiellement différent du processus vital et biologique en vertu duquel le lion mange la gazelle lorsqu’il a faim.
Une certaine expansion biologique est naturelle, nécessaire, saine.

Mais l’homme ajoute quelque chose de nouveau :

il apporté avec lui la dimension éthique.

Il apporte le mal, au sens éthique, le mal superflu, le mal per­vers.

Il défigure la création,

il défigure l’homme son frère,

il se défigure lui-même.

Il détruit, il massacre, il torture, il opprime, il humilie.

3— Il faut enfin se souvenir que, quelle que soit l’horreur qui règne dans la création,

en vertu de sa structure même, ou par la faute de l’homme,

ce mal, cette horreur, n’annulent pas

la beauté, l’ex­cellence, la saveur et les délices de l’existence et de la création,

mais s’y ajoutent, d’une manière si l’on peut dire complémentaire.

Le fait du mal n’en­lève rien au fait primordial de l’excellence et de la splendeur de la création.

Il faut garder ces deux faits, ces deux données, fermement en main, et d’une manière simultanée, si l’on veut penser le phénomène tel qu’il se présente.

Ne voir que l’hor­reur, comme les gnostiques, et déclarer que la créa­tion est foncièrement mauvaise, c’est délirer : c’est oublier toute la part de paix et de beauté de la vie.

Ce qu’il nous importe de souligner ici, eu égard à notre problème de la connaissance de Dieu,

c’est qu’on ne peut pas annuler le fait primordial,
à savoir l’existence et l’excellence de la création,
en invoquant un élément réel de cette création, à savoir le mal qui y sévit.
Car le mal est dans la création.

Le problème du mal ne saurait annuler la démarche par laquelle, à partir de la création, on accède à la con­naissance du Dieu créateur.
Le problème métaphysique de l’être créé demeure, e
t le problème du mal ne saurait contraindre la réflexion à nier l’Être incréé et créateur,
au nom du mal qui règne partiellement dans la création.

disons ici seulement que la distinction entre le mal subi, ou mal physique,
qui règne apparemment dans la création, en vertu même de sa construction,
et le mal que l’homme fait, et qui n’est pas nécessaire, est importante,

car il n’est pas légitime de rejeter sur le Créateur le mal que l’homme fait,
si l’on prend au sérieux cet Homme qu’il a créé, pour être maître de son destin,
et pour jouer librement le jeu de dieu créé,
qui fait l’appren­tissage de son métier de dieu.

Les insuffisances, les inachèvements et les douleurs de la création restent un problème,
mais il convient de ne pas mêler ce problème à celui de la liberté de l’homme et de ses fruits amers.

Fin du chapitre

Le document d’Abu Dhabi – Engagement des chrétiens et des musulmans

media

Le pape François et le grand imam d’Al-Azhar, le cheikh Ahmed al-Tayeb signature d’un document d’engagement mutuel lors d’une rencontre interreligieuse au Mémorial du fondateur à Abou Dhabi, le 4 février 2019.

L’engagement d’Abudabhi

Au nom de Dieu

qui a créé tous les êtres humains égaux en droits, en devoirs et en dignité,

et les a appelés à coexister comme des frères entre eux,

pour peupler la terre et y répandre les valeurs du bien, de la charité et de la paix.

Au nom de l’âme humaine innocente

que Dieu a interdit de tuer, affirmant que quiconque tue une personne est comme s’il avait tué toute l’humanité et que quiconque en sauve une est comme s’il avait sauvé l’humanité entière.

Au nom des pauvres,

des personnes dans la misère, dans le besoin

et des exclus que Dieu a commandé de secourir comme un devoir demandé à tous les hommes et, d’une manière particulière, à tout homme fortuné et aisé.

Au nom des orphelins, des veuves, des réfugiés et des exilés de leurs foyers et de leurs pays ;

de toutes les victimes des guerres, des persécutions et des injustices ;

des faibles, de ceux qui vivent dans la peur, des prisonniers de guerre et des torturés en toute partie du monde, sans aucune distinction.

Au nom des peuples qui ont perdu la sécurité, la paix et la coexistence commune, devenant victimes des destructions, des ruines et des guerres.

Au nom de la « fraternité humaine »
qui embrasse tous les hommes, les unit et les rend égaux.

Au nom de cette fraternité déchirée par les politiques d’intégrisme et de division,

et par les systèmes de profit effréné et par les tendances idéologiques haineuses, qui manipulent les actions et les destins des hommes.

Au nom de la liberté, que Dieu a donnée à tous les êtres humains, les créant libres et les distinguant par elle.

Au nom de la justice et de la miséricorde, fondements de la prospérité et pivots de la foi.

Au nom de toutes les personnes de bonne volonté, présentes dans toutes les régions de la terre.

Au nom de Dieu et de tout cela,

Al-Azhar al-Sharif 

– avec les musulmans d’Orient et d’Occident –,

conjointement avec l’Eglise catholique

– avec les catholiques d’Orient et d’Occident –,

déclarent adopter

la culture du dialogue comme chemin ;

la collaboration commune comme conduite ;

la connaissance réciproque comme méthode et critère.

Nous – croyants en Dieu,

dans la rencontre  finale avec Lui et dans Son Jugement –,

partant de notre responsabilité religieuse et morale,

et par ce Document,

nous demandons à nous-mêmes

et aux Leaders du monde,

aux artisans de la politique internationale et de l’économie mondiale,

de s’engager sérieusement pour répandre

la culture de la tolérance, de la coexistence et de la paix;

d’intervenir, dès que possible, pour arrêter l’effusion de sang innocent,

et de mettre fin aux guerres, aux conflits,

à la dégradation environnementale et au déclin culturel et moral que le monde vit actuellement.

Nous nous adressons aux intellectuels, aux philosophes, aux hommes de religion, aux artistes, aux opérateurs des médias et aux hommes de culture en toute partie du monde,

afin qu’ils retrouvent les valeurs de la paix, de la justice, du bien, de la beauté, de la fraternité humaine et de la coexistence commune,

pour confirmer l’importance de ces valeurs comme ancre de salut pour tous

et chercher à les répandre partout.

Cette Déclaration, partant d’une réflexion profonde sur notre réalité contemporaine,

appréciant ses réussites et partageant ses souffrances, ses malheurs et ses calamités,

croit fermement que parmi les causes les plus importantes de la crise du monde moderne se trouvent

une conscience humaine anesthésiée et l’éloignement des valeurs religieuses, ainsi que la prépondérance de l’individualisme et des philosophies matérialistes qui divinisent l’homme et mettent les valeurs mondaines et matérielles à la place des principes suprêmes et transcendants.

Nous, reconnaissant aussi les pas positifs que notre civilisation moderne a accomplis dans les domaines de la science,

de la technologie, de la médecine, de l’industrie et du bien-être, en particulier dans les pays développés,

nous soulignons que, avec ces progrès historiques, grands et appréciés, se vérifient une détérioration de l’éthique, qui conditionne l’agir international, et un affaiblissement des valeurs spirituelles et du sens de la responsabilité.

Tout cela contribue à répandre un sentiment général de frustration, de solitude et de désespoir, conduisant beaucoup à tomber dans le tourbillon de l’extrémisme athée et agnostique,

ou bien dans l’intégrisme religieux, dans l’extrémisme et dans le fondamentalisme aveugle, poussant ainsi d’autres personnes à céder à des formes de dépendance et d’autodestruction individuelle et collective.

L’histoire affirme que l’extrémisme religieux et national,

ainsi que l’intolérance, ont produit dans le monde, aussi bien en Occident qu’en Orient, ce que l’on pourrait appeler

les signaux d’une « troisième guerre mondiale par morceaux »,

signaux qui, en diverses parties du monde et en diverses conditions tragiques, ont commencé à montrer leur visage cruel ;

situations dont on ne connaît pas avec précision combien de victimes, de veuves et d’orphelins elles ont générés.

En outre, il y a d’autres régions qui se préparent à devenir le théâtre de nouveaux conflits,

où naissent des foyers de tension et s’accumulent des armes et des munitions, dans une situation mondiale dominée par l’incertitude, par la déception et par la peur de l’avenir et contrôlée par des intérêts économiques aveugles.

Nous affirmons aussi que les fortes crises politiques,

l’injustice et l’absence d’une distribution équitable des ressources naturelles – dont bénéficie seulement une minorité de riches, au détriment de la majorité des peuples de la terre –

ont provoqué, et continuent à le faire, d’énormes quantité de malades, de personnes dans le besoin et de morts,

causant des crises létales dont sont victimes divers pays, malgré les richesses naturelles et les ressources des jeunes générations qui les caractérisent.

A l’égard de ces crises qui laissent mourir de faim des millions d’enfants, déjà réduits à des squelettes humains – en raison de la pauvreté et de la faim –, règne un silence international inacceptable.

Il apparaît clairement à ce propos combien la famille est essentielle,

en tant que noyau fondamental de la société et de l’humanité,

pour donner le jour à des enfants, les élever, les éduquer, leur fournir une solide morale et la protection familiale.

Attaquer l’institution familiale, en la méprisant ou en doutant de l’importance de son rôle, représente l’un des maux les plus dangereux de notre époque.

Nous témoignons aussi de l’importance du réveil du sens religieux et de la nécessité de le raviver dans les cœurs des nouvelles générations,

par l’éducation saine et l’adhésion aux valeurs morales et aux justes enseignements religieux,

pour faire face aux tendances individualistes, égoïstes, conflictuelles,

au radicalisme et à l’extrémisme aveugle sous toutes ses formes et ses manifestations.

Le premier et le plus important objectif des religions est celui de croire en Dieu,

de l’honorer et d’appeler tous les hommes à croire que cet univers dépend d’un Dieu qui le gouverne,

qu’il est le Créateur qui nous a modelés avec Sa Sagesse divine

et nous a accordé le don de la vie pour le préserver.

Un don que personne n’a le droit d’enlever, de menacer ou de manipuler à son gré; au contraire, tous doivent préserver ce don de la vie depuis son commencement jusqu’à sa mort naturelle.

C’est pourquoi nous condamnons toutes les pratiques qui menacent la vie comme les génocides, les actes terroristes, les déplacements forcés, le trafic d’organes humains, l’avortement et l’euthanasie

et les politiques qui soutiennent tout cela.

De même nous déclarons – fermement – que les religions n’incitent jamais à la guerre

et ne sollicitent pas des sentiments de haine, d’hostilité, d’extrémisme, ni n’invitent à la violence ou à l’effusion de sang.

Ces malheurs sont le fruit de la déviation des enseignements religieux,

de l’usage politique des religions

et aussi des interprétations de groupes d’hommes de religion

qui ont abusé – à certaines phases de l’histoire – de l’influence du sentiment religieux sur les cœurs des hommes

pour les conduire à accomplir ce qui n’a rien à voir avec la vérité de la religion,

à des fins politiques et économiques mondaines et aveugles.

C’est pourquoi nous demandons à tous de cesser d’instrumentaliser les religions pour inciter à la haine, à la violence, à l’extrémisme et au fanatisme aveugle

et de cesser d’utiliser le nom de Dieu pour justifier des actes d’homicide, d’exil, de terrorisme et d’oppression.

Nous le demandons par notre foi commune en Dieu, qui n’a pas créé les hommes pour être tués ou pour s’affronter entre eux

et ni non plus pour être torturés ou humiliés dans leurs vies et dans leurs existences.

En effet, Dieu, le Tout-Puissant, n’a besoin d’être défendu par personne

et ne veut pas que Son nom soit utilisé pour terroriser les gens.

Ce Document, en accord avec les précédents Documents Internationaux qui ont souligné l’importance du rôle des religions dans la construction de la paix mondiale, certifie ce qui suit :

–  La forte conviction que les vrais enseignements des religions invitent à demeurer ancrés dans les valeurs de la paix ;

à soutenir les valeurs de la connaissance réciproque, de la fraternité humaine et de la coexistence commune ;

à rétablir la sagesse, la justice et la charité et à réveiller le sens de la religiosité chez les jeunes, pour défendre les nouvelles générations de la domination de la pensée matérialiste, du danger des politiques de l’avidité du profit effréné et de l’indifférence, basée sur la loi de la force et non sur la force de la loi.

–  La liberté est un droit de toute personne :

chacune jouit de la liberté de croyance, de pensée, d’expression et d’action.

Le pluralisme et les diversités de religion, de couleur, de sexe, de race et de langue sont une sage volonté divine, par laquelle Dieu a créé les êtres humains.

Cette Sagesse divine est l’origine dont découle le droit à la liberté de croyance et à la liberté d’être différents.

C’est pourquoi on condamne le fait de contraindre les gens à adhérer à une certaine religion ou à une certaine culture,

comme aussi le fait d’imposer un style de civilisation que les autres n’acceptent pas.

–  La justice basée sur la miséricorde est le chemin à parcourir pour atteindre une vie décente à laquelle a droit tout être humain.

–  Le dialogue, la compréhension, la diffusion de la culture de la tolérance, de l’acceptation de l’autre et de la coexistence entre les êtres humains contribueraient notablement à réduire de nombreux problèmes économiques, sociaux, politiques et environnementaux qui assaillent une grande partie du genre humain.

–  Le dialogue entre les croyants consiste à se rencontrer dans l’énorme espace des valeurs spirituelles, humaines et sociales communes,

et à investir cela dans la diffusion des plus hautes vertus morales, réclamées par les religions ; il consiste aussi à éviter les discussions inutiles.

–  La protection des lieux de culte – temples, églises et mosquées – est un devoir garanti par les religions, par les valeurs humaines, par les lois et par les conventions internationales.

 Toute tentative d’attaquer les lieux de culte ou de les menacer par des attentats, des explosions ou des démolitions est une déviation des enseignements des religions, ainsi qu’une claire violation du droit international.

–  Le terrorisme détestable qui menace la sécurité des personnes,

aussi bien en Orient qu’en Occident, au Nord ou au Sud, répandant panique, terreur ou pessimisme n’est pas dû à la religion

– même si les terroristes l’instrumentalisent

– mais est dû

à l’accumulation d’interprétations erronées des textes religieux,

aux politiques de faim, de pauvreté, d’injustice, d’oppression, d’arrogance ;

pour cela, il est nécessaire d’interrompre le soutien aux mouvements terroristes par la fourniture d’argent, d’armes, de plans ou de justifications,

ainsi que par la couverture médiatique,

et de considérer tout cela comme des crimes internationaux qui menacent la sécurité et la paix mondiale.

Il faut condamner ce terrorisme sous toutes ses formes et ses manifestations.

–  Le concept de citoyenneté se base sur l’égalité des droits et des devoirs à l’ombre de laquelle tous jouissent de la justice.

C’est pourquoi il est nécessaire de s’engager à établir dans nos sociétés le concept de la pleine citoyenneté 

et à renoncer à l’usage discriminatoire du terme minorités, qui porte avec lui les germes du sentiment d’isolement et de l’infériorité ;

il prépare le terrain aux hostilités et à la discorde et prive certains citoyens des conquêtes et des droits religieux et civils, en les discriminant.

–  La relation entre Occident et Orient est une indiscutable et réciproque nécessité, qui ne peut pas être substituée ni non plus délaissée, afin que tous les deux puissent s’enrichir réciproquement de la civilisation de l’autre, par l’échange et le dialogue des cultures.

L’Occident pourrait trouver dans la civilisation de l’Orient des remèdes pour certaines de ses maladies spirituelles et religieuses causées par la domination du matérialisme.

Et l’Orient pourrait trouver dans la civilisation de l’Occident beaucoup d’éléments qui pourraient l’aider à se sauver de la faiblesse, de la division, du conflit et du déclin scientifique, technique et culturel.

Il est important de prêter attention aux différences religieuses, culturelles et historiques qui sont une composante essentielle dans la formation de la personnalité, de la culture et de la civilisation orientale ;

et il est important de consolider les droits humains généraux et communs,

pour contribuer à garantir une vie digne pour tous les hommes en Orient et en Occident, en évitant l’usage de la politique de la double mesure.

–  C’est une nécessité indispensable de reconnaître le droit de la femme à l’instruction, au travail, à l’exercice de ses droits politiques.

En outre, on doit travailler à la libérer des pressions historiques et sociales contraires aux principes de sa foi et de sa dignité.

Il est aussi nécessaire de la protéger de l’exploitation sexuelle

et du fait de la traiter comme une marchandise ou un moyen de plaisir ou de profit économique.

Pour cela, on doit cesser toutes les pratiques inhumaines et les coutumes courantes qui humilient la dignité de la femme

et travailler à modifier les lois qui empêchent les femmes de jouir pleinement de leurs droits.

–  La défense des droits fondamentaux des enfants à grandir dans un milieu familial, à l’alimentation, à l’éducation et à l’assistance est un devoir de la famille et de la société.

Ces droits doivent être garantis et préservés, afin qu’ils ne manquent pas ni ne soient refusés à aucun enfant, en aucun endroit du monde.

Il faut condamner toute pratique qui viole la dignité des enfants et leurs droits. Il est aussi important de veiller aux dangers auxquels ils sont exposés – spécialement dans le domaine digital – et de considérer comme un crime le trafic de leur innocence et toute violation de leur enfance.

–  La protection des droits des personnes âgées, des faibles, des handicapés et des opprimés est une exigence religieuse et sociale qui doit être garantie et protégée par des législations rigoureuses et l’application des conventions internationales à cet égard.

A cette fin, l’Eglise catholique et Al-Azhar, par leur coopération commune, déclarent et promettent de porter ce Document

aux Autorités, aux Leaders influents,

aux hommes de religion du monde entier,

aux organisations régionales et internationales compétentes, a

ux organisations de la société civile, aux institutions religieuses et aux Leaders de la pensée ;

et de s’engager à la diffusion des principes de cette Déclaration à tous les niveaux régionaux et internationaux,

en préconisant de les traduire en politiques, en décisions, en textes législatifs, en programmes d’étude et matériaux de communication.

Al-Azhar et l’Eglise Catholique demandent que ce Document

devienne objet de recherche et de réflexion dans toutes les écoles,

dans les universités et dans les instituts d’éducation et de formation,

afin de contribuer à créer de nouvelles générations qui portent le bien et la paix et défendent partout le droit des opprimés et des derniers.

En conclusion nous souhaitons que :

cette Déclaration

soit une invitation à la réconciliation et à la fraternité entre tous les croyants, ainsi qu’entre les croyants et les non croyants, et entre toutes les personnes de bonne volonté ;

soit un appel à toute conscience vivante qui rejette la violence aberrante et l’extrémisme aveugle ; appel à qui aime les valeurs de tolérance et de fraternité, promues et encouragées par les religions ;

soit un témoignage de la grandeur de la foi en Dieu qui unit les cœurs divisés et élève l’esprit humain ;

soit un symbole de l’accolade entre Orient et Occident, entre Nord et Sud,

et entre tous ceux qui croient que Dieu nous a créés pour nous connaître, pour coopérer entre nous et pour vivre comme des frères qui s’aiment.

Ceci est ce que nous espérons et cherchons à réaliser,

dans le but d’atteindre une paix universelle dont puissent jouir tous les hommes en cette vie.

Abou Dabi, le 4 février 2019

Sa Sainteté
Pape François
Grand Imam d’Al-Azhar
Ahmad Al-Tayyeb

Houellebecq (suite) … une surprenante invocation au Christ !

Le livre ( déprimant et génial ) de l’année :
SEROTONINE, de Michel HOUELLEBECQ
INVENTAIRE DU DESASTRE ECONOMIQUE, INVENTAIRE DU DÉSASTRE PRIVÉ

Il avait déjà décrit tout cela dans « les particules élémentaires »
Il ne peut s’empècher de revenir sans cesse sur ce thème ;
une fois de plus, il nous dépeint minutieusement, cruellement, et parfois avec un humour sarcastique) le désastre et la déprime d’un monde matérialiste, ne croyant qu’à l’argent, sexuellement libéré, mondialisé, 

AVEC LES FRUITS DEPRIMANTS D’UN DEMI-SIECLE DE LIBERATION SEXUELLE 
Des pauvres vies privés, une débauche toujours plus frénétique et pitoyable, les ratages, la solitude cruelle,…

AVEC LA FRANCE QUI SE DÉGLINGUE SOUS LE RAZ DE MARÉE DE LA MONDIALISATION
la belle France rurale d’hier, ( icila Normandie de Pont-l’Evêque et Livarot ) dévastée sous les coups de la mondialisation, la crapulerie capitaliste avançant inexorablement sous les rideaux de fumée des technocrates de Paris et de Bruxelles

UNE CONCLUSION STUPÉFIANTE : L’ INVOCATION DU CHRIST !

Mais, voici du nouveau dans l’œuvre de Houellebecq : la stupéfiante ( et explicite) conclusion du héros, 
au moment où il prépare son suicide après les ratages pitoyables de sa vie privé.

Houellebeck- Serotonine ​347 
nous avons souligné, et modifié la ponctuation (bizarre) de l’auteur, pour être mieux compris ici.

J’aurais pu rendre une femme heureuse. 
Enfin, deux ( femmes) ; j’ai dit lesquelles. 

Tout était clair, extrêmement clair, dès le début ; 
mais nous n’en avons pas tenu compte. 
Avons-nous cédé à des illusions de liberté individuelle, 
de vie ouverte, d’infini des possibles ? 

Cela se peut ; ces idées étaient dans l’esprit du temps ; 
nous ne les avons pas formalisées, nous n’en avions pas le goût ; 
nous nous sommes contentés de nous conformer, 
de nous laisser détruire par elles 
et puis, très longuement, d’en souffrir. 

DIEU s’occupe de nous en réalité ; 
il pense à nous à chaque instant, 
et il nous donne des directives parfois très précises : 
ces élans d’amour qui affluent dans nos poitrines jusqu’à nous couper le souffle, 
ces illuminations, ces extases… 
…inexplicables si l’on considère notre nature biologique, notre statut de simples primates, 
sont des signes extrêmement clairs. 

Et je comprends, aujourd’hui, le point de vue du Christ, 
son agacement répété devant l’endurcissement des cœurs : 

« Ils ont tous les signes, et ils n’en tiennent pas compte. 
Est-ce qu’il faut vraiment, en supplément, que je donne ma vie pour ces minables ? 
Est-ce qu’il faut vraiment être, à ce point, explicite ? »

Il semblerait que oui. 

Michel Houellebecq 2018

Houellebecq – à la recherche de Dieu ? … Prêtre catholique, le dernier des métiers…

Dans « la Carte et le territoire » Michel Houellebecq s’étonne et s’interroge…
Prêtre catholique ? Il y a encore (quelques ) jeunes gens qui choisissent ce métier ?

Sa description du métier est intelligente, cruelle, réaliste, intriguée…

LA CARTE ET LE TERRITOIRE p99

(…) Cela rappelait à chaque fois à Jed ce « Bonne célébration ! »
que leur avait lancé un jeune prêtre, grassouillet et probablement socialiste,
alors qu’ils entraient sous le coup d’une impulsion irraisonnée, Geneviève et lui, dans l’église Notre-Dame-des­ Champs,
au moment de la messe du dimanche matin,
juste après avoir fait l’amour dans le studio qu’elle occupait alors boulevard du Montparnasse.

Plusieurs fois par la suite il avait repensé à ce prêtre,
physiquement il ressemblait un peu à François Hol­lande, mais contrairement au leader politique il s’était fait eunuque pour Dieu.

Bien des années plus tard, après qu’il se fut lancé dans la « série des métiers simples », Jed avait envisagé à plusieurs reprises de se lancer dans le portrait de l’un de ces hommes qui,
chastes et dévoués, de moins en moins nombreux,
sillonnaient les métropoles pour y apporter le récon­fort de leur foi.

Mais il avait échoué, il n’avait même pas réussi à appréhender le sujet.

Héritiers d’une tra­dition spirituelle millénaire que plus personne ne comprenait vraiment,
autrefois placés au premier rang de la société,
les prêtres étaient aujourd’hui réduits, à l’issue d’études effroyablement longues et difficiles qui impliquaient la maîtrise du latin, du droit canon, de la théologie rationnelle et d’autres matières presque incompréhensibles, à subsister dans des conditions matérielles misérables,
ils prenaient le métro au milieu des autres hommes, allant d’un groupe de partage de l’Évangile à un atelier d’alpha­bétisation,
disant la messe chaque matin pour une assistance clairsemée et vieillissante,
toute joie sen­suelle leur était interdite, et jusqu’aux plaisirs élé­mentaires de la vie de famille,
obligés cependant par leur fonction de manifester jour après jour un opti­misme indéfectible.


Presque tous les tableaux de Jed Martin, devaient noter les historiens d’art, repré­sentent des hommes ou des femmes exerçant leur profession dans un esprit de bonne volonté, mais ce qui s’y exprimait était une bonne volonté raison­nable, où la soumission aux impératifs professionnels vous garantissait en retour, dans des proportions variables, un mélange de satisfactions financières et de gratifications d’amour-propre.
Humbles et désar­gentés, méprisés de tous, soumis à tous les tracas de la vie urbaine sans avoir accès à aucun de ses plaisirs, les jeunes prêtres urbains constituaient, pour qui ne partageait pas leur croyance, un sujet déroutant et inaccessible.

Le guide French Touch, à l’opposé, proposait une gamme de plaisirs limités mais attestables.
On pouvait partager la satisfaction du propriétaire de La Marmotte Rieuse lorsqu’il concluait sa note de présentation par cette phrase sereine et assurée :

« Chambres spacieuses avec terrasse (baignoires à jacuzzi), menus séduction, dix confitures maison au petit déjeuner : nous sommes bel et bien dans un hôtel de charme. »
On pouvait se laisser entraîner par la prose poétique du gérant du Carpe Diem lorsqu’il présentait le séjour dans son éta­blissement en ces termes:
« Un sourire vous entraînera du jardin (espèces méditerranéennes) à votre suite, un lieu qui bousculera tous vos sens. Il vous suffira alors de fermer les yeux pour garder en mémoire les sen­teurs de paradis, les jets d’eau bruissant dans le hammam de marbre blanc pour ne laisser filtrer qu’une évidence : « Ici, la vie est belle.  » »  etc

Michel Houellebecq – La Carte et le Territoire – p 99

5 méditations pour le carême…

Moi… et Dieu ? Dieu et moi ? un dialogue mystérieux…

Dieu est Amour… Il me connait…
Il attend que je grandisse, que je me nourrisse de son amour, que je porte du fruit…
il respecte ma liberté,
il attend patiemment que je participe à sa Création du monde, que je mêle ma voix timidement à cet immense concert d’Amour…
Il attend que je me laisse transformer, élever…

Tu nous as fait pour Toi, Seigneur,
et notre cœur est inquiet, jusqu’à ce qu’il repose en Toi.

( Saint Augustin)

1ère lecture :
Se laisser séduire par Dieu

Lecture : La méditation du Prophète Jérémie 20, 7-9

Seigneur, tu m’as séduit, et j’ai été séduit ; tu m’as saisi, et tu as réussi.
À longueur de journée je suis exposé à la raillerie, tout le monde se moque de moi.
Chaque fois que j’ai à dire la parole, je dois crier, je dois proclamer: « Violence et dévastation ! »
À longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l’insulte et la moquerie.

Je me disais: « Je ne penserai plus à lui, je ne parlerai plus en son nom. »
Mais elle était comme un feu brûlant dans mon cœur, elle était enfermée dans mes os.
Je m’épuisais à la maîtriser, sans y réussir.

2ème lecture :
Jésus est le visage… de la délicatesse du Père

Evangile selon saint Jean 10,11-14

Moi, je suis le bon pasteur, le vrai berger, qui donne sa vie pour ses brebis.

Le berger mercenaire n’est pas le pasteur, les brebis ne sont pas à lui :

s’il voit venir le loup, il abandonne les brebis et s’enfuit ; le loup s’en empare et les disperse.

Ce berger n’est qu’un mercenaire, et les brebis ne comptent pas vraiment pour lui.

Moi, je suis le bon pasteur; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent,

Comme le Père me connaît, et que je connais le Père;
et je donne ma vie pour mes brebis.

J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cet enclos:
celles-là aussi, il faut que je les conduise.
Elles écouteront ma voix : il y aura un seul troupeau et un seul pasteur.

3ème lecture :
La bienveillance fraternelle

Evangile selon saint Jean 13, 34-35

Je vous donne un commandement nouveau:
c’est de vous aimer les uns les autres.
Comme je vous ai aimés,
vous aussi aimez-vous les uns les autres.

À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples:
si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Portail roman XIIeme siècle – Eglise d’Aulnay de Saintonge
La Résurrection – Tympan roman de la Cathédrale d’Autun

4ème lecture :
La proximité missionnaire

Evangile selon saint Luc 10, 25-37

Eugène Delacroix-Le bon Samaritain

Jésus reprit la parole :
« Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ;
ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort.

Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; 
il le vit et passa de l’autre côté.
De même un lévite arriva.à.cet endroit;
il le vit et passa de l’autre côté.
Mais un Samaritain, qui était-en route, arriva près de lui ;
il le vit et fut saisi de compassion.

Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ;

puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.
Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant:
« Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai. »

Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits?»

Le docteur de la Loi répondit :
« Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. »

Jésus lui dit :

« Va, et toi aussi,
fais de même. »

5ème lecture :
L’Amour… commence à la maison

Epitre de saint Jean 4, 7-13

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu.

Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu.

Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour.

Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous: Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui.

Voici en quoi consiste l’amour: ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils en sacrifice de pardon pour nos péchés.

Bien-aimés, puisque Dieu nous a tellement aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres.

Dieu, personne ne l’a jamais vu. Mais si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et, en nous, son amour atteint la perfection.

Voici comment nous reconnaissons que nous demeurons en lui et lui en nous:

il nous a donné part à son Esprit.

Les plus belles œuvres d’art du « MYSTERE DE NOËL »


Auguste et fuite en Egypte1 copie.png

Il y a 20 siècles, à Rome, l’Empereur Auguste… 

Etes vous bien sûrs de connaître la suite de cette histoire extraordinaire… qui a changé le monde ?

Affiche Mystere 18.jpeg

Venez à la chapelle de Barbizon à 18h le Vendredi 14 Samedi 15, Dimanche 16 !
Un grand son et lumière vous racontera TOUT, en 50 minutes.


Notre QUIZZ de Noël : « La crèche des peintres »
Êtes-vous capables de reconnaître les grands peintres…
…qui vont vous raconter cette histoire sur grand écran.

( Avez vous reconnu le siècle ? le nom du peintre ? — Faites le TEST ! —vous avez la légende de chacun de ces chefs-d’œuvre en dessous … )


1— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 » Maintenant, Seigneur ! tu peux laisser ton vieux Serviteur s’en aller dans la Paix, puisque mes yeux ont vu ton sauveur… le Salut que tu préparais pour tous les peuples. »

Rembrandt-Nunc dimmitis 616012 copie.jpg

17ème siècle hollandais : Le dernier ( et le plus beau ) tableau de Rembrandt peint juste avant sa mort : La présentation au Temple.  Le vieillard Syméon prend dans ses bras l’enfant Jésus que ses parents apportent au Temple de Jérusalem. Il était certain qu’il ne mourrait pas… avant d’avoir vu le Messie…


2— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 » Et tu l’appelleras Emmanuel, c’est-à-dire : Dieu avec nous « 

Vinci-Ste conversation copie.jpg

XVIème siècle – Florence – une merveilleuse œuvre poétique de Leonard de Vinci  ( une sanguine? un dessin avec aquarelle? qu’en pensez vous ? )  : Marie présente l’enfant Jésus à sa cousine Elisabeth et à son cousin Jean-Baptiste « celui qui prépare les chemins du Seigneur »


3— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 »  Je ferais de Toi  la Lumière des Nations, pour que mon Salut parvienne jusqu’aux extrémités de la Terre ! » Prédiction du prophète juif, Isaïe, cinq siècles avant le Christ…

dgdsghsh02951 (2) copie.jpg

XXème siècle – Russie puis Paris … Marc Chagall médite sur la Torah, le rouleau qui contient toutes les paroles prophétiques de la Bible juive. A ses côtés, un animal tout prêt à être sacrifié… et un violon pour donner du sens à « la mélodie secrète de l’Univers… »


4— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :

 »  Elle répondit : Je suis la Servante du Seigneur ! Qu’il me soit fait selon votre Parole ! « 

scan Juin05130 2 copie.jpg

XVème siècle – Couvent San Marco à Florence – Toute la douceur poétique du peintre dominicain, Fra Angelico… Marie accepte de porter le Sauveur du monde. Au fond, à gauche,  on aperçoit l’Ange qui chasse l’Homme et la Femme de ce beau jardin pour lequel nous étions faits (et que nous continuons à saccager) : le Paradis terrestre, lost paradise…


5— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :

 »  Elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux à l’auberge… »

Avia-Retable-Nativité copie.jpg

XIIIème siècle – Peinture romane d’Avia, en Catalogne – au musée d’Art roman catalan de Barcelone. Le jeune Picasso méditera longuement devant ces magnifiques peintures romanes : stylisées, avec de grands aplats colorés expressifs, se jouant de la perspective pour mieux se concentrer sur l’émotion…

6— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :

 »  Cette nuit-là, tout autour de Bethléem, il y avait, dans les champs, des bergers qui gardaient leurs troupeaux »

Millet-Noël Bergers & ciel2.tif copie.jpg

XIXème siècle – France  – A Barbizon, sous la splendeur de ce ciel étoilé ( qui va inspirer beaucoup Van Gogh ) le peintre Jean-François Millet médite le message biblique, devant les bergers, dans la plaine de l’Angélus.  » Est-ce assez beau tous ces êtres mystérieusement unis aux choses qui les entourent ? »

7— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :

 »  Loué sois-tu, mon Père, que toutes ces choses soient restées cachées aux sages et aux savants, … et qu’elle soient révélés aux tout-petits. »

La Tour-l'adoration 1Sdw+4 copie.jpg

Lorraine XVIIeme siècle.  Georges de la Tour. Ce peintre du clair-obscur, admiré par le Roi Louis XIII,  peint ici l’adoration des bergers.   Au milieu des pauvres qui l’accueillent, ce petit enfant est déjà « lumière » pour tous les peuples de la terre. Tendant son cou au dessus de la paille de la crèche, un petit agneau , promis lui aussi au sacrifice, semble nous dire : « le plus grand amour, c’est d’offrir sa vie pour ceux qu’on aime.

8— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :

 »  Lorsqu’ils virent l’Enfant, ils éprouvèrent une très grande joie. Alors, s’agenouillant devant lui, ils lui offrirent leurs cadeaux : de l’or, de la myrrhe et de l’encens.« 

Gozzoli-Adormage+ copie.jpg

XVème siècle – Florence – Dans le palais des Médicis, le peintre Benozzo Gozzoli , élève de Fra Angelico, évoque ici toutes les splendeurs du quattrocento florentin. Les richesses venues du monde entier sont offertes à ce petit enfant mystérieux, dans une pauvre étable. — Qui sont « ces mages astronomes, venus d’Orient » ? — Quel est le message secret qu’ils ont lu dans les étoiles, et qui les a conduits jusqu’à cet enfant ? — L’amour est-il le point d’achèvement du Cosmos ?

9— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 »  Ne retournez pas chez le roi Hérode, car il veut faire du mal à cet enfant ! « 

Auun-Sommeil mages A4 (1) copie.jpg

XIIème siècle – Sculpture romane :  « le sommeil des mages ». Dans la salle capitulaire de la cathédrale d’Autun, la douceur poétique du maître d’œuvre  Gislbertus d’Autun. pour évoquer le mystère de nos rêves… L’ange montre l’étoile du Salut aux trois rois mages, endormis sous leur belle couverture brodée…  Dans un monde déchiré par la violence, est-il possible de ne pas se faire complice des crimes ?  » Alors, avertis en rêve de ne pas retourner chez Hérode, ils rentrèrent chez eux par un autre chemin. »

10 — Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 »  Lorsque vous aurez trouvé cet enfant, leur dit le roi Hérode, avertissez moi !  …pour je puisse, moi aussi, aller l’adorer ! »

MassacInnocent2 copie.jpg

XVIIème siècle – Nicolas Poussin –Le massacre des innocents. Le grand peintre du classicisme français abandonne ici  le calme et l’harmonie de ses compositions apolliniennes… pour évoquer le massacre des enfants de Bethléem par les soldats du roi Hérode… et la violence qui déchire l’Orient, hier comme aujourd’hui.

11— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 »  Un cri s »élève dans la terre d’Israël, des pleurs et une longue plainte. C’est Rachel qui pleure ses enfants, et ne veut pas qu’on la console, car ils ne sont plus. »

Picasso-Maternité-alf2 copie.jpg

XXème siècle – Paris- Picasso – Maternité –  Dans le misère du « bateau-lavoir » à Montmartre, le jeune Pablo Picasso fixe sur sa toile l’inquiétude poignante des mères… au milieu de la cruauté du monde. Ce XXème siècle, qui démarre dans le culte du Progrès,  va  être le théâtre d’un déchainement de violence inouïe…  » La Création toute entière gémit, et souffre avec nous les douleurs d’un enfantement qui ne finit point. » 

12— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 »  Réveille toi, Joseph, prend la mère et l’enfant, et pars te réfugier au pays d’Egypte, jusqu’à ce que je t’avertisse ! « 

La Tour-Le songe de Joseph 80 copie.jpg

XVIIème siècle – Lorraine – « le songe de Joseph » Au moment où Georges de la Tour peint cette toile, Blaise Pascal est en train d’écrire « Les Pensées » : —« Tu ne me chercherais pas si tu ne m’avait déjà trouvé.  »  — « Il y a assez d’OBSCURITE pour ceux qui se refusent à croire. Il y a assez de LUMIERE pour ceux qui ne demandent que de VOIR ! »

13— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 »  Dans la nuit, Joseph se leva, prit avec lui la mère et l’enfant, et s’enfuit au pays d’Egypte « 

Rembrandt-La Fuite e copie.jpg

XVIIème siècle – Hollande – Rembrandt – « la fuite en Egypte » — Où vont-ils, ces réfugiés, qui veulent échapper à la violence qui déchire l’Orient ?  L’Egypte, alors, c’est la Paix…  A la bibliothèque d’Alexandrie, qui recueille alors toute la science et la sagesse du monde, les savants rabbins juifs ont traduit en grec « la BIBLE des SEPTANTE » « pour que la nouvelle de mon Salut parvienne jusqu’aux extrémités de la Terre ! »

14— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 »  Alors s »accomplit la parole du prophète : Depuis l’Egypte, j’ai appelé mon fils ! »

Egypte-Akh priant Aton3 copie.jpg

XIVème siècle avant Jésus-Christ –  Egypte –  Amenophis IV honorant le Dieu unique…  Le mystique pharaon Akhenaton veut épurer la religion égyptienne et inventer le culte d’un Dieu unique… Lorsqu’il meurt, les prêtres d’Amon reprennent le pouvoir et réinstaurent les cultes des anciens Dieux. Le jeune hébreux Moïse, élevé dans le palais du pharaon et héritier de tous les trésors de la spiritualité égyptienne, va s’enfuir d’Egypte avec une poignée de fidèles…

15— Le MYSTERE de NOEL raconté par les artistes :
 »  Alors Joseph revint d’Egypte, avec la mère et l’enfant, et s’installa dans la ville de Nazareth, en Galilée »

Rouault-repos fuite48 copie.jpg

XXème siècle – Georges Rouault – Elève de Gustave Moreau, ami de Matisse et des peintres du fauvisme;  il a voulu recréer un art chrétien, authentique, en retrouvant la spiritualité et la simplicité des vitraux romans. Il est le peintre de la contemplation douloureuse devant les douleurs de la vie. 


Vous pourrez méditer sur ces tableaux, et sur beaucoup d’autres chefs d’œuvre, en venant voir LE MYSTERE DE NOEL, le spectacle de Jean-Michel Mahenc créé en 2000 à Notre-Dame de Paris pour la célébration du millénaire.

Présentation exceptionnelle
dans la chapelle de Barbizon, de 18h à 19H,
le Vendredi 14, Samedi 15 et Dimanche 16 Décembre 2018 

— Entrée libre pour tous—